Thefrenchnuclearway


- Société nucléaire, société militaire -

Les obligations de la viande à Sievert au service de l'atome sont en place !
"Les nouvelles dispositions concernent les exploitants d’installations nucléaires de base, les entreprises sous-traitantes qui interviendraient à la demande de l’exploitant ou sur réquisition de l’État en cas d’accident, certains services de l’Etat ainsi que les entreprises qui contribueraient au maintien en fonctionnement d’une activité d’importance stratégique non interruptible (hors du site accidenté)."(Instruction n° DGT/ASN/2018/229 du 2 octobre 2018)
« réquisition » des personnes = c'est comme quand c'est la guerre, non ?
Vaste ce petit texte : il n'y a pas mention du nombre de niveaux de sous-traitance.
"L'employeur identifie" ceux qui iront dans un « premier groupe », celui qui doit prenrdre de la dose (Code trav. R4451-99), les travailleurs «confirmeront» leur accord (Code trav. R4451-102).
Pour sauver ce qui peut l'être, le « niveau de référence » des travailleurs intervenants, «volontaires», est de 500 mSv juste pour l'exposition externe (celle interne est cadeau)(Code du travail R4451-11).
« La dose efficace totalisée sur la vie entière d'un travailleur intervenant ne dépasse en aucun cas 1 sievert.»(Code du travail R4451-9).
Exemple de jeunes hommes de 25 ans qui n'ont trouvé que ce boulot en 3ème niveau de sous-traitance (ils ont signé le contrat avec des lignes écrites toutes petites en bas, pas le choix de toute façon). Ils ont pris 5 mSv les deux années précèdentes. Ils pourront prendre jusquà 995 mSv sur un Orano-La-Hague ou un EDF-Bugey en détresse, etc., ça ne se sait pas d'avance, leur employeur sous-traitant 3ème niveau sera dans les clous.
Car il suffira à l'employeur/État français de leur dire au moment de l'« au-revoir » de ne plus prendre de dose anthropocène non carbonée par la suite (hors naturel et médical), "suite" qui avec une telle dose risque fort d'être brusquement racourcie de toute façon.